Santé Naturopathe Lyon

Suivez le chemin de la nature… pour rééquilibrer votre santé

  • À Venir

    • 20 septembre 2017 9 h 30 minLe vrai coût de la viande pas chère
    • 23 septembre 2017 22 h 30 minLes étonnantes vertus de la méditation
    • 30 septembre 2017 22 h 30 minCannabis sur ordonnance
    • 3 octobre 2017 21 h 00 minDans le ventre de l\'hôpital
    AEC v1.0.4

Archives pour ‘Actualités’ Category

Le documentaire choc sur la vaccination

Publié par bernadette Le juillet - 28 - 2017Commentaires fermés

L’obligation vaccinale renforcée (11 vaccins) revenant sur le devant de la scène en cette période estivale, je vous invite à visionner ce documentaire réalisé par Andrew Wakefield, gastro-entérologue radié de l’ordre des médecins anglais, accusé d’avoir publié en 1998 une étude falsifiée dans The Lancet, prestigieux journal médical, où il suggérait un lien entre l’injection du vaccin ROR et l’apparition de troubles de type autisme.

 VAXXED

 Ce film accablant est une bombe. Sa projection publique n’a pas été autorisée en Belgique ni en France.

Il détaille comment, durant plusieurs années, le centre de prévention et de contrôle américain des maladies, le CDC – qui fait office d’autorité internationale et directement inspiré la création de son homologue européen : l’ECDC -, a omis d’inclure certains chiffres dans son étude sur les effets secondaires de la vaccination contre la rougeole, la rubéole, les oreillons.

Voici le lien pour y accéder :
https://vimeo.com/214219306

Bon été !

Trop d’ablations de thyroïde, conséquence d’un surdiagnostic

Publié par bernadette Le septembre - 2 - 2016Commentaires fermés

Surdiagnostic_THYROIDE

Selon des chercheurs du CIRC (Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS, basé à Lyon), cette augmentation drastique du nombre de petits cancers papillaires, également constatée dans d’autres pays développés (Etats-Unis, Corée du Sud, Italie, Japon), est avant tout la conséquence de l’utilisation croissante de moyens d’imagerie de plus en plus précis, en particulier l’échographie, et non la conséquence d’autres facteurs, comme l’impact des accidents nucléaires par exemple.

Résultat, selon ces chercheurs, jusqu’à 90 % des cancers de la thyroïde diagnostiqués ces dernières décennies chez les femmes dans les pays développés (84 % en France) sont le plus souvent des surdiagnostics (c’est à dire le diagnostic de tumeurs papillaires de la thyroïde qui n’entraînent pas de symptômes, ni de risque vital en l’absence de traitement), et non une « épidémie » de cancers de la thyroïde, due aux radiations ou à d’autres causes…
Ainsi, toujours selon leurs estimations, 470 000 femmes et 90 000 hommes auraient été surdiagnostiqués dans 12 pays sur 20 ans, dont près de 50 000 Français.

Or ces petites lésions ne vont pas, pour la plupart, évoluer vers des cancers agressifs, comme l’ont montré plusieurs études récentes comparant le choix de l’intervention ou de la surveillance. Pourtant, l’ablation de la thyroïde est en général effectuée…

Autre article très intéressant sur le même sujet :

https://jeanyvesnau.com/2016/08/18/revelation-560-000-cancers-de-la-thyroide-diagnostiques-depuis-vingt-ans-nen-etaient-pas/

Sources : site du Vidal, blog « Journalisme et Santé publique »

Et si la maladie n’était pas un hasard ?

Publié par bernadette Le mai - 22 - 2016Commentaires fermés

Et si elle n’était que la réponse organisée par notre corps pour compenser nos petites et grandes déceptions émotion­nelles de la vie ? Après avoir examiné des milliers de patients, le Dr Thomas-Lamotte, neurologue français, a développé une approche différente des symp­tômes de ses patients : pour lui, la plupart des maladies que nous développons ont pour origine une émotion inavouée et le simple fait de comprendre ce mécanisme nous permettrait déjà de les éviter…

 

Des produits toxiques dans les protections périodiques

Publié par bernadette Le février - 23 - 2016Commentaires fermés

Sous couvert de « secret industriel », nombre de fabricants de protections périodiques (tampons et serviettes), rechignent à délivrer la composition de leur(s) produit(s). Il n’en fallait pas davantage au mensuel 60 Millions de consommateurs pour chercher à lever le mystère. Et leurs constations sont pour le moins problématiques : des substances potentiellement toxiques ont été retrouvées chez plusieurs grandes marques.

serviettes_period

Dans le numéro 513 de 60 Millions de consommateurs, les rédacteurs ont recherché des molécules indésirables dans onze références de protections périodiques et demandé aux fabricants de nous donner la composition exacte de leurs produits.

Polluants et insecticides

« Tout d’abord, notre centre d’essais a détecté des résidus de substances potentiellement toxiques dans cinq de ces onze références analysées », expliquent-ils. « Il a aussi mis en évidence des traces de dioxines (polluants industriels) dans des références de marques O.B et Nett et des résidus de dérivés halogénés (sous-produits liés aux traitements des matières premières) dans une référence de marque Tampax. »

Mais ce n’est pas tout ! « Nous avons également trouvé du glyphosate (la substance active de l’herbicide Round up), dans une référence de protège-slips Organyc, une marque qui se revendique pourtant bio. Enfin, nous avons repéré des résidus de la famille des pesticides organochlorés et pyréthrinoïdes (insecticides) dans une référence de serviettes hygiéniques Always. »

Des taux faibles mais inquiétants

Même si les niveaux relevés s’avèrent faibles, cela ne rassure pas totalement.  « On ne peut garantir le risque zéro », juge le Dr Jean-Marc Bohbot, infectiologue et directeur médical à l’Institut Fournier, à Paris et interrogé par 60 millions de consommateurs. « En l’absence d’étude sur le passage systémique de chaque substance à partir du vagin, on ne peut rien conclure. »

Pour le magazine, « le mutisme des industriels n’est plus acceptable. La liste de tous les composés d’un tampon ou d’une serviette doit figurer sur l’ensemble des emballages. Il est temps que Tampax et consorts lèvent le voile sur les procédés de fabrication de leurs produits. »

Sources : Destination santé et 60 millions de consommateurs

Vaccin Meningitec, nouveau scandale ?

Publié par bernadette Le novembre - 26 - 2015ADD COMMENTS

L’affaire du Vaccin Meningitec est passée quasiment inaperçue dans nos informations quotidiennes, baignées abondamment de terrorisme.

Résultat de recherche d'images pour "vaccin meningitec+image"

Pourtant, une pétition intitulée « Des milliers d’enfants en danger à cause du vaccin Meningitec : ouvrez une cellule de crise ! » (sur le site change.org) a été adressée à la Ministre de la Santé. Elle a recueilli pas moins de 70 000 signatures.

Voici le point du vue d’un médecin, journaliste au « Monde »,  sur cette nouvelle affaire : http://jeanyvesnau.com/2015/11/25/la-justice-francaise-fera-t-elle-toute-la-lumiere-sur-la-tenebreuse-affaire-du-vaccin-meningitec/

Une procédure judiciaire est en cours. Affaire à suivre…

Le chlorure de magnésium peut stopper les effets du virus Ebola !

Publié par bernadette Le novembre - 20 - 2014Commentaires fermés

Nigari

Le chlorure de magnésium est un remède  peu connu, d’un coût faible : env. 2 € le sachet en pharmacie ou en version NIGARI, vendu dans les magasins de produits naturels, et dont les merveilleux pouvoirs sur la santé se vérifient régulièrement.
Je souhaite partager avec vous un article écrit par Pierre LANCE, Directeur de la revue « l’Ere nouvelle » en lien avec l’action du chlorure de magnésium sur le virus EBOLA :

« On est en train d’affoler toute la planète avec l’épidémie africaine causée par le virus Ebola. La médecine conformiste avoue son impuissance car elle ne dispose d’aucun traitement efficace, tandis que les laboratoires du complexe pharmaco-industriel mondial sont en effervescence et s’appliquent fiévreusement à trouver un médicament ou un vaccin contre le nouvel ennemi public N° 1. Bien entendu, aucun des ultra-diplômés penchés sur le problème ne songe à examiner si quelque substance naturelle ayant fait ses preuves ne pourrait pas venir à bout du monstre microscopique. Pourquoi en effet étudier cette hypothèse, dont l’inconvénient majeur, si elle se révélait positive, serait de ne pas rapporter le moindre dollar ? Car enfin, soyons réalistes, gardons un oeil sur le CAC 40 et si l’on vous propose le fameux choix «la Bourse ou la Vie», c’est évidemment la Bourse qui doit l’emporter.

Heureusement, il existe encore des personnes désintéressées dont le seul souci est la santé de leurs semblables et qui préfèrent la Vie à la Bourse. Telle est mon amie Marie-France Billi, ancienne conseillère municipale de Nice, qui s’était déjà illustrée lors de l’épidémie de chikungunya qui désola la Réunion en 2006. Cette femme de coeur et de courage connaissant depuis trente ans les vertus thérapeutiques du chlorure de magnésium,  s’était dit qu’il pourrait bien être efficace contre le chikungunya. (Le chlorure de magnésium est reconnu pour son action anti-stress, pour le renforcement du système immunitaire et la stimulation de l’organisme.). Elle expédia à la Réunion des dizaines de télécopies conseillant son utilisation contre cette maladie, que les médecins impuissants regardaient progresser les bras ballants. Et elle reçut quelques jours plus tard des dizaines d’appels et de messages de remerciement de Réunionnais guéris grâce à elle. Aussi continua-t-elle ses envois. La nouvelle du remède-miracle se répandit dans l’île et tous les pharmaciens furent bientôt en manque de chlorure de magnésium. Le corps médical, pour sa part, continua de traiter par le mépris l’emploi de ce magnésium, passant à la trappe les remarquables travaux du Professeur Pierre Delbet (1861-1957), membre des Académies de médecine et de chirurgie, qui découvrit durant la première guerre mondiale les vertus thérapeutiques du chlorure de magnésium et qui démontra son efficacité, notamment contre le cancer. (Pierre Delbet est un des personnages du 2e tome de mon livre «Savants maudits, chercheurs exclus», Guy Trédaniel Éditeur.).

220px-Pierre_Delbet

Mon regretté ami André Passebecq, ancien directeur du Ceredor et de la revue Vie et Action, ancien chargé de cours à la Faculté de Bobigny, expédia lui-même 6 kg de chlorure de magnésium à ses amis réunionnais. Si les journaux télévisés signalèrent bien, fin mars 2006, que l’épidémie semblait stoppée, aucun ne dit le moindre mot de la campagne d’information de Marie Billi ni des effets bénéfiques du chlorure de magnésium. Même Nice-Matin, qui avait révélé l’action de Marie Billi, ne consacra pas une ligne à cette réussite. Le mensonge par omission semble parfois être devenu la spécialité des grands médias français, un peu trop soumis au complexe pharmaco-industriel. Or, il se trouve que Marie-France Billi, émue comme tout un chacun par les actuels ravages du virus Ebola, s’est demandée si le chlorure de magnésium ne pourrait pas être une arme efficace contre ce danger. Elle s’est donc mobilisée, ainsi que les membres de son association, pour effectuer sur le terrain un test grandeur nature. Et voici ce qu’elle m’a écrit, le 2 septembre 2014 : «Connaissant le pouvoir exaltant du chlorure de magnésium sur les globules blancs macrophages (les premiers en ligne de défense en cas d’attaque virale de l’organisme), j’ai bien sûr tout de suite pensé au chlorure de magnésium dans cette épidémie d’Ebola. J’ai donc envoyé deux infirmiers maliens avec 40 kg de nigari sur le terrain… (Le nigari est le nom japonais du chlorure de magnésium peu raffiné sous forme de poudre blanche ou de cristaux). Ils sont arrivés en Guinée et après moult contacts avec les autorités et les médecins, qui n’ont bien sûr rien voulu donner (je m’y attendais), il y a quand même un soignant de la Croix Rouge qui a entendu le message et distribué le nigari sans aucune autorisation officielle et qui a constaté les résultats !!! Et ça marche sur EBOLA !!! Une petite précision : Il y a un black-out total envers les malades, qui sont pris en charge par «Médecins sans frontière», lesquels refusent de tester le nigari, prétextant le respect des protocoles, et qui refusent l’accès des malades à tout autre médecin. Donc, ce soignant de la Croix Rouge guinéenne donne du nigari à toutes les personnes présentant des symptômes de la maladie, sans les envoyer à l’hôpital. Et tous les symptômes disparaissent !». Au cours de ses travaux, le Professeur Delbet avait fait ressortir toutes les conséquences bénéfiques pour la santé de la supplémentation en magnésium. Il est ainsi avéré que le chlorure de magnésium favorise la disparition des crampes, augmente la résistance des ongles, évite le blanchiment prématuré des cheveux (les cheveux blancs sont carencés en magnésium), évite la formation de calculs biliaires, préserve de l’eczéma, favorise la fixation du calcium sur les os, favorise le travail intellectuel (grand consommateur de magnésium), fortifie le système nerveux, améliore la résistance au stress, évite les altérations de la prostate, guérit les verrues, abaisse la tension des hypertendus, facilite l’élimination des dépôts athéromateux dans les artères, diminuant ainsi les risques vasculaires, évite la gingivite expulsive (perte des dents), améliore les performances des gens âgés (déficitaires en magnésium) et aide à lutter contre le vieillissement. On ne saurait donc s’étonner de ses puissants effets pour lutter contre la fièvre hémorragique causée par le virus Ebola, lequel ne fait sans doute que profiter des carences d’organismes souffrant de malnutrition. »

Pierre Lance

nos_3_chatons

La santé naturelle concerne aussi les animaux domestiques.
Nos maladies dites « de civilisation » progressent de façon inquiétante chez eux : diabète, surpoids, arthrose, allergies, maladies de peau, problèmes rénaux, virus, cancers…

Une industrie, actuellement florissante, s’est créée, sensée répondre à ces problèmes de santé au long cours : croquettes spécialisées, médicaments, compléments…

Mais est-ce vraiment la Solution ?

La naturopathie nous apprend que la maladie ne s’installe que sur un terrain de santé préalablement déséquilibré, ceci étant valable pour les humains mais également pour les animaux et le règne végétal.

Agir uniquement contre le symptôme est insuffisant et risque de créer un déséquilibre supplémentaire aggravant le terrain de santé. Aussi, est-il indispensable d’étudier les causes et d’agir sur ces causes ! Voici les principales identifiées :

- La nourriture industrielle exclusive avec des croquettes, boîtes, très pratique mais qui se révèle au final catastrophique pour la santé de nos animaux. Elle est en effet dévitalisée par les procédés de fabrication, avec des ingrédients de qualité souvent plus que médiocre malgré les publicités alléchantes, non physiologique : trop de céréales et peu de viande – les chats et chiens sont des carnivores-, contenant des adjuvants et conservateurs…

- la médicalisation croissante, notamment le recours aux antibiotiques et à la cortisone, aux vaccins, anti-parasitaires chimiques à répétition… fragilise beaucoup la santé de nos compagnons.

- Tout comme nous, l’animal est un être sensible,  réceptif au stress lié à son environnement et à celui vécu par ses maîtres.

Pour garder nos animaux longtemps et en bonne santé, la première mesure à prendre consiste à leur donner une alimentation plus naturelle à base de viande crue, ou peu cuite, poisson, légumes, céréales en faible quantité et complètes…, puis de limiter le recours aux médicaments aux situations d’urgence, limiter les vaccinations et les traitements chimiques et recourir régulièrement aux méthodes naturelles : plantes, argile, chlorure de magnésium, homéopathie… pour les maux ordinaires et en prévention. C’est ce que je mets en pratique moi-même avec mes chats !

Mes conseils de lecture : « Médecines douces pour animaux » de Marie-France MULLER (éditions Jouvence)

« Toxic Croquettes » Dr Jutta ZIEGLER (Editions Thierry Souccar)

« Mon animal, mange-t’il bien ? » Chantal ROBINSON (Le Jour)

Article http://forevergreen.eu/non-classe/la-nourriture-industrielle-pour-animaux-un-vrai-scandale/

Manger sain : info ou intox

Publié par bernadette Le octobre - 28 - 2013Commentaires fermés

Manger sain est vraiment un acte volontaire…

RÉSUMÉ

Si les bienfaits de la consommation régulière de fruits et légumes ou de poisson sont indéniables pour les problèmes de surpoids ou de maladies cardiovasculaires, ces aliments peuvent, contre toute attente, être nocifs pour la santé. Mode de culture, mode d’élevage, traitements chimiques et conservateurs sont autant d’éléments qui dénaturent la qualité de ces aliments. Dans la ligne de mire, les pesticides et leur action de perturbateurs endocriniens. Ces derniers peuvent être cause d’obésité, de diabète, de troubles de la fertilité et de certains cancers. Cette enquête a pour but d’informer les consommateurs sur les risques qu’ils encourent sur le long terme.

 

http://www.dailymotion.com/video/x16f1cr_manger-sain-info-ou-intox_tv?search_algo=2

 

 

 

Quand la chimie contamine notre eau

Publié par bernadette Le mars - 16 - 2013Commentaires fermés

Ce documentaire diffusé sur ARTE nous révèle que  l’eau des réseaux de distribution dite « potable » n’est vraiment pas favorable à notre santé…

Descriptif ARTE :

Peut-on boire sans crainte l’eau du robinet ? C’est ce qu’affirme Janez Potocnik, commissaire européen en charge de l’environnement. Mais les scientifiques qui analysent les substances rejetées dans nos eaux se montrent plus réservés. En effet, ils observent chez les poissons et les amphibiens des troubles de la masculinisation, des hypertrophies du foie et des branchies… Chez l’homme, les phénomènes d’allergies et de résistance aux antibiotiques progressent. La biologiste Barbara Demeneix a décelé dans l’eau des molécules perturbant le fonctionnement de la thyroïde. Écotoxicologue, Peter von der Ohe plaide pour une révision des protocoles expérimentaux d’analyse des eaux : selon lui, trop peu de substances sont testées, et sans que les équilibres complexes de la chaîne alimentaire ne soient pris en compte. Résultat : les estimations des seuils de tolérance à ces substances sont trop hauts et le scientifique estime que seules 15% de nos eaux sont propres. Mais dans les pays en voie de développement, la situation est plus dramatique encore : en Inde, où l’industrie pharmaceutique européenne a délocalisé une partie de sa production, le chercheur Joakim Larsson a mesuré des concentrations en antibiotiques un million de fois supérieures à la normale. Maladies chroniques, fausses couches, naissance de nourrissons handicapés se multiplient. Un constat qui invite à se mobiliser : les scientifiques en appellent à la responsabilité des industriels et aux autorités administratives et explorent des solutions pour dépolluer l’eau.

 

 

 

Le cholestérol, ami ou ennemi ?

Publié par bernadette Le mai - 29 - 2012Commentaires fermés

Le cholestérol est souvent sur la sellette dans notre société actuelle, on cherche à  le faire baisser à tout prix, moyennant notamment la prise de certains médicaments : les statines .

Ce reportage nous apporte un éclairage nouveau sur les intérêts en jeu : la préservation de sa santé ou les intérêts financiers des laboratoires fabricants et prescripteurs ?

http://www.rts.ch/emissions/36-9/3902161-cholesterol-un-business-qui-rend-malade.html